Cette semaine, j'ai assisté à deux projections suivies d'un débat. L'un sur la liberté d'expression artistique et la mobilisation pour l'existence d'un miniplexe dans ma commune. L'autre sur la notion d'intime conviction et sur le métier d'avocat. 

Mardi - Kabullywood 

Ce film documentaire m'a bouleversée et j'ai adoré la musique du groupe Orange Blossom. 

La soirée a débuté par l'allocution du comité de soutien pour le miniplexe (lien article presse

20190219s7ksb

Jeudi - Une intime conviction

Le personnage de Nora joué par Marina Foïs est fictionnel dans ce film qui retrace le procès en appel de l'affaire Viguier. Olivier Gourmet interprète à la perfection le rôle d' Eric Dupont-Moretti. Jusque dans son phrasé, sa démarche, son côté ours et sa détestable manie de cloper même dans les lieux publics en faisant fi de l'interdiction. Un personnage qu'on aime ou déteste mais qui est, indéniablement, une figure emblématique. Acquitator ....ou à raison. 
La personnalité de Nora m'a dérangée par son coté obsessionnel. 
Le dysfonctionnement de la justice, l'impact des rumeurs, le rôle des médias... cela interpelle forcément dans cette affaire où l'on ne sait pas, au final, si Suzanne Viguier a disparu intentionnellement ou non. 
Le mutisme et le caractère psychorigide du mari ne plaide pas en faveur du personnage qui sera, on le sait, défitivement acquitté. 
Ce film est menacé d'être retiré des écrans suite à la demande - pour atteinte à la vie privée -  d'Olivier Durandet, amant de la disparue Suzanne Viguier. 
Un débat a ensuite été mené par Me Frédéric Cosseron et son jeune associé sur les rouages du métier d'avocat. La présidente de l'ordre des avocats de l'Hérault était également dans la salle pour répondre aux questions les plus pointues.
  

20190221s7ksb