La vie, des objectifs

03 déc. 2016

Un trou dans le grillage

J'aime les chats. Les gros et sauvages. Ceux qui, malheureusement, sont menacés d'extinction.

Je préfèrerais voir ce guépard en liberté dans la savane. Mais là, il est à l'abri de la famine et du braconnage.

Je garderai à jamais en mémoire la rencontre magique de ce grand félin dans le Masaï Mara (Kenya), un matin d'octobre 2010. Six ans après, l'émotion de ce moment est restée intacte.

Sur la liste de mes envies, j'ai inscrit la Namibie et une visite à la Cheetah Conservation Fund .

20166349ksb2

Posté par Ksenia K à 01:10 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

02 déc. 2016

Le condamné

ou le résumé d'une "gore story".

On est plus criminel quelquefois qu'on ne pense. Voltaire

Ma main sur l'interrupteur n'a pas eu le temps d'interrompre la fermeture du volet roulant. Trop tard. J'ai perçu un craquement. J'ai actionné le bouton électrique dans l'autre sens. Le store est remonté et j'ai découvert l'escargot agonisant. Sa coquille était brisée. J'ai su qu'il ne survivrait car la cassure était située au niveau des organes vitaux (voir ce lien "La coquille brisée", billet de 2014). J'ai rapidement constaté que j'avais raison.

J'ai beau pester contre ces gastéropodes qui grignotent les végétaux et dessinent des arabesques gluantes sur les vitres, je ne supporte pas la souffrance. Celle de l'escargot n'a pas duré.

20161150553ksb

Posté par Ksenia K à 11:51 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
30 nov. 2016

Paparazzoziau

Quand on se trouve en affût dans la végétation, mal placé par rapport au sujet à photographier et que celui-ci ne décide pas à bouger de son perchoir dans les arbres.... il n'y a rien à perdre que de tenter :

Pssiiit... psssiittt !

Cool ! Merci ! Je commençais à avoir un torticolis.

20166236ksb

Posté par Ksenia K à 00:03 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
27 nov. 2016

Affrontement

En ce jour, toute ressemblance avec deux hommes politiques n'est absolument pas fortuite.

Cliquer sur l'image pour une meilleure qualité d'affichage

20166381ksb2

Posté par Ksenia K à 20:14 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
26 nov. 2016

La morale du géranium

Sur le rebord de ma fenêtre de cuisine, ce géranium endure le froid, le vent et la pluie de l'automne avec ses épisodes cévenols. Comme pour mieux prouver sa résistance ou peut-être pour attirer la bienveillance sur lui, il fleurit comme aux beaux jours. Ses pétales rouge sang contrastent avec le teint blafard du ciel.

Il est comparable à quelqu'un qui, quoi qu'il arrive, continue de sourire à la vie. Une morale à retenir pour les jours de moral en berne.

Géranium en fleurs.... fin novembre !

20161150564ksb1

Posté par Ksenia K à 00:03 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

25 nov. 2016

Se mettre en huit

et tordre le cou aux clichés. Ou comment l'exprimer en flamant.

20166185ksb

Posté par Ksenia K à 00:02 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
24 nov. 2016

Eclaboussures

Tant sage que soit un homme, ni sa réputation ni ses habits ne sont toujours à l'abri des éclaboussures. Jean-Napoléon Vernier

20166099ksb

Posté par Ksenia K à 00:41 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
23 nov. 2016

Tada tada tadatadatada

Il nous faudrait un plus gros bateau ! Réplique culte de Roy Scheider alias Marcus Brody dans Les dents la mer (lien vidéo)

Cliquer sur les photos pour une meilleure qualité d'affichage

20164310gab

20164779gab

20164750gab

20164805gab

Posté par Ksenia K à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 nov. 2016

Toubib or not toubib ?

Dans la salle d'attente, les regards s'attardent sur moi. Ronds, étonnés, curieux, inquiets, compatissants. Cela fait trois fois que la radiologue appelle mon nom et me fait revenir en salle d'examen. Dans la cabine, on me redemande de me déshabiller en me donnant pour toute explication cette phrase déjà entendue : Le médecin a besoin de vérifier quelque chose. J'aurais préféré la version : Le médecin a besoin de vérifier qu'il n'y a rien. La manipulatrice radio prend de nouveaux clichés sous un autre angle. Je retourne en salle d'attente et plonge immédiatement le nez dans une grille de sudoku force 6. Pas trop facile pour occuper l'esprit autrement que par la gamberge nocive, pas trop dure non plus pour ne pas se laisser gagner par l'impatience et l'envie d'arrêter de chercher. Lorsqu'on me rappelle une quatrième fois, je suis étonnamment zen. Ce n'est qu'une fois de retour dans la cabine, que la nudité me renvoie à ma vulnérabilité. Le froid me mord la peau. Après une nouvelle série de clichés, on m'invite à patienter pour une échographie complémentaire. Sur mon petit banc, je suis toujours aussi calme mais je cogite. Normal. Sans crise de panique pour autant. Je mesure les bienfaits de la sophrologie. J'ai une pensée pour les copines du "club de ce crabe" où les gagnantes sont celles qui ne font pas "maux comptent double". Encore moins "maux comptent triple". Allongée sur la table, je me décide enfin à poser les questions dérangeantes. Le médecin est une femme à la voix douce. Je la connais, elle est compétente. Je trouve le moyen de plaisanter à propos de mon pédigree foireux qui, au fil des années, me cause de plus en plus de soucis. Il y a une quinzaine de jours, un expert m'assénait que je ne pouvais plus travailler. Je gardais jusqu'alors un mince espoir, j'envisageais même de reprendre des études si nécessaire, d'entamer une formation pour une reconversion.

J'obtiens des réponses rassurantes. L'anomalie détectée est restée stable depuis la dernière fois. Un second avis est néanmoins demandé auprès d'un confrère. J'en serai informée dans quelques jours. Directement, chez moi. Je suis déjà en attente de l'avis du professeur consulté à l'hôpital la semaine dernière dans le cadre du suivi d'un cancer de la peau. Contrairement aux hypocondriaques qui en redemandent toujours davantage, j'aimerais tant en avoir fini avec tous ces examens invasifs ou non. Je souhaiterais tant prendre de la distance par rapport au monde médical. Si je n'y suis plus liée désormais professionnellement, je suis obligée de passer régulièrement par la case "hôpital". En gagnant mensuellement, l'équivalent d'un demi-salaire de smicard. Me voila dépendante aussi financièrement ! Mais, toujours bien vivante. Et ça, ça n'a pas de prix.

Je quitte le centre de sénologie, soulagée malgré l'imagerie toujours en dehors de la normale. Le vent et la pluie me font définitivement sortir de l'état de "tord-peur".  Une brûlure que je reconnais me mange soudain le visage. Le stress que je niais ressentir a fait surgir le masque de loup caractéristique de la maladie auto-immune qui vient compléter le tableau désastreux du vilain petit canard boîteux. Je passe un coup de fil à la clinique où je dois entrer le lendemain. La sentence tombe. La poussée de lupus présente des risques pour l'anesthésie générale. L'intervention, même bénigne, est décalée de trois semaines.

D'ici là, je vous fiche la paix. Non sans avoir promulgué auparavant ces quelques conseils : prenez soin de vous, faites bien vos bilans de santé comme préconisé ! Même si ça fait flipper, on a tout à y gagner.

Novembre rose

20161150486ksb1

Posté par Ksenia K à 00:05 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
21 nov. 2016

Mante ailée

Photos réalisées le soir en faible lumière. D'où les défauts que je n'ai pas su compenser.

20161150510ksb

20161150511ksb

20161150535ksb

 

Posté par Ksenia K à 12:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]