Les pompes ont tourné durant deux jours et deux nuits non stop pour évacuer l'eau qui a submergé les maisons, les jardins et garages. Privés de chauffage, nous avons passé une nuit blanche à nous relayer dans le quartier pour surveiller, protéger ce qui pouvait encore l'être. Nous avons redouté une nouvelle montée des eaux quand un orage s'est déclaré à cinq heures du matin. La solidarité a permis de limiter les dégâts déjà lourds. La deuxième nuit a été un peu plus calme mais nous sommes restés sur le qui-vive, à guetter le niveau des eaux boueuses. Certains d'entre nous ont dû se faire héberger à nouveau, en attendant que l'eau soit évacuée des habitations.

Aujourd'hui, le soleil a oeuvré en notre faveur. Il est temps de nettoyer, de faire les déclarations aux assurances, d'attendre le passage des experts. Une autre bataille nous attend.

Dans le jardin, c'est Verdun. Dans la boue au dessus des genoux, mari et voisins ont creusé des tranchées pour canaliser le flot d'une rivière surgie de terre. On arrive à "voir" de nouveau le carrelage..... Ici, de notre terrasse.

Imaginez quand vous en avez autant à l'intérieur de la maison où vous venez juste d'emménager ! C'est la triste aventure d'un jeune couple qui, malgré tous ses meubles détruits, garde le sourire.

20181160824ksb

Blog en pause