Nous roulons dans la campagne lodévoise en direction de notre lieu de randonnée programmée. La route de la colline qui surplombe la vallée est étroite, sinueuse. Nous nous demandons bien comment faire si un véhicule arrive en face. A la place confortable de passager, j'admire le paysage que nous traversons à faible allure en ce tout début de journée. Le soleil s'est levé depuis peu, la nature est baignée d'une lumière pas encore trop dure. Soudain, dans l'herbe d'un champ, je repère une tache marron clair au milieu de chevaux qui paissent tranquillement.

Mon mari stoppe la voiture. J'en descends prestement avec l'appareil photo prêt à dégainer. Je m'installe tout aussi rapidement derrière un muret et j'observe l'animal couché dans l'herbe. Malgré la puissance du téléobjectif, je commets l'erreur de croire qu'il s'agit d'une biche en train de mettre bas. Quelle idée ! Mon mari, plié de rire, ne se privera pas de raconter cette anecdote ....alors autant que je prenne les devants.

L'animal est resté longtemps couché près des chevaux, relevant de temps en temps la tête. Ce que je prends pour un petit naissant, c'est la queue de la bête qui fouette l'air pour chasser des mouches agressives.

Quand la daine ? le faon ?  (je publierai plus tard une photo où l'on peut comparer la taille avec les chevaux)  se lève, je comprends ma méprise. Toujours accroupie derrière le muret de pierres, j'ai la chance de voir le cervidé se rapprocher un peu. Je shoote mais pas en rafale, par crainte de faire fuir l'animal avec le bruit du déclenchement.

A partir de l'instant où le regard se dirige dans ma direction, je suis heureuse d'assister à cette scène inédite pour moi et me contrefiche si les photos du reste de la journée seront foirées. L'important, c'est d'avoir rapporté ces images à partager :

20172329ksb

20172319ksb

20172327ksb

20172324ksb

20172328ksb